samedi 13 juin 2009

LAGOR

64 - Lagor
Les jurés ont infligé à Antonio Garcia de Burgos une peine supérieure aux réquisitions de l'avocat général, qui avait proposé 18 ans de réclusion criminelle

20 ans de réclusion pour avoir tué son épouse

Me Philippe Gensse défendait l'accusé.
Les jurés palois ont infligé à l'accusé une peine supérieure aux réquisitions de l'avocat général Boiron, qui avait proposé 18 ans de prison.

« Dans le cas de Garcia de Burgos, je ne vais pas demander la perpétuité, parce qu'il a déjà un certain âge, et qu'on n'a pas envie de voir quelqu'un de 80 ans traîner ses derniers jours dans une prison », avait expliqué le magistrat.

« Un carnage »

Le représentant du ministère public n'a pas pour autant ménagé l'accusé de 64 ans. Il lui a reproché d'avoir « fait le procès de cette épouse espagnole qui lui aurait pourri l'existence pendant 40 ans pour arriver au résultat que l'on sait. Il appelle ça un ''accident''. Le code pénal appelle cela un meurtre. Et en bon français, c'est un carnage ».
Pour lire la suite ...
http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/618668/mil/4653903.html
Sud-Ouest.com - Béarn

1 commentaire:

Anonyme a dit…

j'ai vécu les dix premières année de ma vie voisin de ces gens là. C'est cette dame qui me gardé souvent t elle ne méritait pas ca comme aucune autre femme d'ailleurs ni même aucun ere humain.