mercredi 24 février 2010

2010 année déclarée grande cause nationale contre les violences faites aux femmes

ABLIS - Essonne

Poignardée par le père de son enfant


Frappée de sept coups de couteau mardi soir devant son domicile d’Ablis, une femme de 26 ans est morte hier matin à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière (XIIIe arrondissement), où elle avait été évacuée par hélicoptère. L’auteur présumé des coups, son ex-compagnon, a été arrêté sur place.

Il a reconnu les faits sans pouvoir expliquer son geste.

Les deux anciens conjoints étaient séparés depuis deux ans. En septembre 2009, ils avaient chacun déposé plainte contre l’autre pour violences avant de la retirer. Le drame s’est noué pratiquement sous les yeux des voisins de la victime qui a aussi, avant d’être mortellement frappée, appelé les gendarmes à la rescousse depuis son téléphone portable. Son ex-compagnon, avec qui elle avait rendez-vous un peu plus tôt dans la soirée à Rambouillet, l’avait suivie jusqu’à chez elle. Lui ne vivait plus à Ablis depuis leur séparation.

Vers 22 heures, la maman a garé sa voiture dans la cour de son immeuble, aussitôt imitée par son ex-concubin. Une dispute a suivi. L’homme a commencé à être violent.

Il a d’abord tapé à coups de poing sur la voiture de son ex-compagne avant de se saisir d’une boîte aux lettres et de frapper encore et encore, devant son enfant de 2 ans, toujours assis à l’arrière du véhicule. La violence était telle qu’il est parvenu à briser la vitre côté conducteur. Ensuite, armé d’un couteau, il s’en est pris à son ex-femme et l’a poignardée à plusieurs reprises. Les voisins ont entendu les cris d’une dispute. La jeune femme a eu le réflexe d’appeler les gendarmes.

Des plaies, sept au total, ont été relevées à la tête, au bras gauche et dans l’abdomen. Une autopsie sera pratiquée aujourd’hui à l’institut médico-légal de Garches (Hauts-de-Seine). L’auteur des coups mortels était toujours en garde à vue hier soir dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Rambouillet. Il doit être déféré aujourd’hui au parquet de Versailles. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de Rambouillet et au centre de recherches de Versailles. L’enfant a été pris en charge par la famille de la jeune femme.

RéagirVÉRONIQUE BEAUGRAND | 24.02.2010
Le Parisien
http://www.leparisien.fr/yvelines-78/poignardee-par-le-pere-de-son-enfant-24-02-2010-826717.php?xtor=EREC-109

2 commentaires:

Anonyme a dit…

2010, année de la lutte contre la violence conjugale, pourquoi pas. Mais ne pas s'arrêter à des journées ou des années symboliques. Un accueil efficace dans les commissariats, des mesures immédiates protégeant les femmes et ce à temps plein, voilà qui serait plus efficace.
Mettons en parallèle les 4 récentes nominations à des emplois supérieurs (Cour des Comptes Conseil Constitutionnel) de 4 hommes ! voilà une sacrée violence institutionnelle faites aux femmes qui représentent au moins la moitié de la population !! nous voilà entrées en pleine régression, il faut réagir au quotidien chacune à notre place. Roberte Paris

Anonyme a dit…

je suis navre mon cher ami de ce qui t`es arrive, je ne sais pas ce qui t`a pousse, mais du courage, j`ai que tu avais oublie cette relation mais domage. je rend homage a la famille de la fille aussi